Archives pour la catégorie Ugly Betty

Les meilleurs passages et dialogues de Ugly Betty, saison 2

Voilà bien en retard un article sur l’excellente deuxième saison de Ugly Betty. A l’origine j’avais prévu de faire un article par épisode mais j’ai perdu tout courage et ce n’est qui plus est plus tout à fait d’actualité. Mais en attendant la sortie de la saison 3 en France (que je suis actuellement en streaming et dont j’ai hâte de parler) je trouvais dommage de supprimer tout le travail que j’avais pu effectuer sur la saison précédente. Cet article sera par conséquent long… Il s’agit de regrouper un extrait ainsi que les meilleurs dialogues pour chaque épisode. Je ferais peut-être ça en deux ou trois articles pour éviter de le rendre indigeste. En attendant, enjoy !

Attention ! Toutes les vidéos sont en anglais avec une traduction en dessous. Je n’ai pas pu faire mieux. Mais comme la traduction n’est pas de moi, vous pouvez vous y fier^^


2.9 Giving up the ghost (un enterrement et une renaissance)

scénario par Bill Wrubel

L’extrait :

Voilà ce qui arrive quand Daniel, pétri de bonnes intentions (et un peu dépassé il faut bien l’avouer), confie une des rubriques à Amanda…

Image de prévisualisation YouTube

Pour le coup la traduction ne sera pas trop longue, c’est une vidéo très visuelle^^ (même après tout ce temps ça me fait toujours autant rire)

Amanda : Pas si vite. L’inspiration a frappé. Mesdames et messieurs, je vous présente le numéro de janvier de « Qu’est-ce qui est sexy ».  

Les dialogues…

Betty : Monsieur Meade, vous êtes mort… et dans mon frigo !

Betty : Pourriez-vous disparaître que je puisse aller au lit ?
Le fantôme de Monsieur Meade : Par lit, vous voulez dire terminer ces empanadas ?
Betty : Sois maudite, manifestation subconsciente de ma culpabilité.

Justin : Wilhelmina Slater a été poussée dans une tombe, et tu n’as pas pris de photo ? Belle façon de transformer un enterrement en tragédie.

Betty : J’ai beaucoup pensé à maman dernièrement, avec l’enterrement et les fêtes qui approchent. Je pense qu’elle ne serait pas ravie de la personne que je suis devenue à Mode.
Hilda : Je pense que ça lui plairait plus si tu démissionnais après avoir reçu ta prime de Noël.

Amanda : Sheila, à ton avis, qui va gérer Meade Publications maintenant que Bradford n’est plus là ? Je suis la fille de Fey Sommers. Ca pourrait être moi ?
Sheila : Probablement. Tes deux années en tant que réceptionniste te qualifient sûrement pour diriger toute la compagnie.
Amanda : Je sais.

Wilhelmina : Marc, il faut qu’on fasse quelque chose maintenant, quelque chose de magnifique et d’ultime, pour qu’ils n’oublient jamais qu’on était ici.
Marc : Ca va être une sorte de meurtre-suicide ? Parce que Cliff et moi avons des billets pour Chorus Line pour ce soir.

2.11 Zero Worship

scénario de Dawn Dekeyser

L’un de mes épisodes préférés de cette saison, notamment à cause de la relation d’amitié entre Betty et Daniel que j’aime voir mise en valeur.

Dialogues :

Christina : Et tout le monde suit ce nouveau régime au gâteau au fromage et à l’héroïne.
Betty : Je pourrais aussi suivre la moitié de ce régime.

Betty : Il faut que je fasse visiter le magazine à la classe de Justin.
Daniel : Maintenant ?
Betty : Tu te rappelles ? Je leur montre comment fonctionne le monde de l’édition. Je façonne de jeunes esprits. Je t’en ai parlé.
Daniel : J’avais l’air de t’écouter quand tu me l’as dit ?
Betty : Oui
Daniel : Wahou, je deviens vraiment bon là-dedans.
Betty : Génial.

Marc : Ok, je n’aurais jamais imaginé dire ça à une femme, mais tourne-toi et penche-toi.

Amanda : Salut demoiselle.
Marc : Salut, va-nu-pieds.

Le médecin : Tous les signes indiquent que vous avez un utérus hostile.
Marc : Ne le sont-ils pas tous ?

Christina : Henry, c’est la semaine de la mode : si tu n’as pas besoin d’être ourlé, piqué ou drapé, je n’ai pas de temps à t’accorder.

Amanda : Une voyante m’a dit qu’un B me mènerait à un baiser, qui me mènerait à mon père. Je pense que tu es mon « B ».
Betty : Alors quoi, tu vas m’embrasser ?
Amanda : Comme si tu n’y avais jamais pensé.

Betty : Hilda, l’éboueur qui hurle « beaux nichons », ce n’est pas une proposition de mannequinat.

Si vous aimez la chanson de la fin vous pouvez la trouver à cette adresse : http://www.myspace.com/blancheduboismusic

C’est Dance away the day, par Blanche DuBois

 2.12 Odor in the court

scénario de Bill Wrubel

L’extrait :

Image de prévisualisation YouTube

Traduction du script pour les non-bilingues :

Betty : Oh mon Dieu, j’ai super mal à la tête, et mes paumes sont toutes moites.
Gio : Tu vas voir le médecin et tu découvriras ce qui se passe. Tu ne veux vraiment pas que j’appelle ta famille ?
(je trouve Gio absolument adorable dans cet extrait)
Betty : Non, non… non. Ils s’inquièteraient trop.
Hilda : Betty. Oh mon Dieu, tu vas bien ? Je suis venue dès que j’ai appris.
Betty : Comment savais-tu que j’étais là ?
Hilda : C’est le docteur Squassi. Sa secrétaire, Tina, sortait avec l’ami de Santos, Tino. Tina et Tino, je sais. Bref, elle m’a appelée dès qu’elle a vu que tu avais été amenée ici. Salut Gio.
Betty : D’accord, j’espère que tu n’as pas prévenu…
Ignacio : Mija ! Je n’arrive pas à y croire. Tu vas bien ?
Justin : Grand-père est venu me chercher en cours de sport.
Betty : Je vais bien.
Ignacio : Tu ne vas pas bien. Regarde-moi. Hier au petit-déjeuner je l’ai vu, et je le vois dans tes yeux maintenant. Tu n’es pas toi-même. Tu as l’air apeurée.

Dr Squassi : Tu te souviens d’Antonio, mon bébé ?
(là Betty essaie de manifester tout son intérêt pour la question avec un bout de bois plaqué sur la langue)
Dr Squassi : Il est en deuxième année à Cornell. Il étudie la construction mécanique. Ils grandissent si vite, hein, Ignacio ?
Ignacio : Trop vite.
Dr Squassi : Je crois qu’il faut que Betty et moi discutions en privé.
Ignacio : Ay, dios mio. Elle est enceinte. Ca recommence, comme avec ta soeur !
Betty : Papa !
Dr Squassi : Oh non, non. Ce n’est pas ça. Betty y a-t-il quelque chose que tu veuilles me dire ?
Betty : Que voulez-vous dire ?
Dr Squassi : Tes symptômes indiquent un taux élevé de toxines dans le corps.
Hilda : De la drogue ?
Betty : Quoi ? Non. Attendez, non, c’est impossible.
Dr Squassi : Tu as dit ne pas avoir été toi-même dernièrement. Tu es nerveuse, anxieuse, très émotionnelle ?
Gio : Tu es entrée de force dans mon restau.
Betty : La ferme.
Dr Squassi : Tes pupilles sont dilatées, tes glandes sont enflées, ton rythme cardiaque est plus rapide que la normale.
Betty : Dr Squassi, c’est moi. Je ne me drogue pas. J’ai peur des expressos !
Dr Squassi : Si tu ne te drogues pas, quelqu’un te drogue.

(Betty est au téléphone avec Henry)
Henry : Betty, je suis en route.
Betty : Non, Henry, tu n’as pas besoin de rentrer plus tôt, je vais bien. Entendre ta voix me suffit. Je t’aime aussi.
Hilda : Dès qu’on aura les résultats sanguins on saura ce qui se passe. Oh mon Dieu, vous entendez ça ? Je pourrais jouer dans un épisode de Grey’s Anatomy.
Justin : Addison me manque.
Hilda : Je sais. Pourquoi fallait-il qu’elle aille dans Private practice ?
Dr Squassi : Ok, les résultats sont revenus. Tu as un taux élevé de methyldexetrin dans ton système, et des taux moins élevés de linbin et fitzadent, et ceci est très étrange, des traces de bufo alvarius.
Betty : Bufo quoi ?
Dr Squassi : C’est du venin de crapaud.
Justin : Oh bon sang, Betty !
Dr Squassi : Tes taux sont presque normaux maintenant, et tu n’as plus d’effets, mais tu es une jeune fille très chanceuse qu’on ait trouvé ça à temps. Trop de ça dans ton système…
Betty : Quoi ?
Dr Squassi : Ca pourrait entraîner des hallucinations et une paranoïa. Et au final, ça peut être fatal.
Ignacio : Réfléchis Betty, as-tu fait quelque chose, mangé quelque chose de différent ces derniers jours ?
Betty : Non ! Non, pas du tout, juste… la nourriture à la maison, et j’ai mangé un des sandwiches de Gio.
(là tout le monde jette un regard inquisiteur à Gio qui bizarrement le prend mal Langue)
Gio : Hé. Mes sandwiches sont 100% naturels.
Betty : Attendez. Est-il possible d’avoir été droguée par quelque chose mis sur ma peau ?

Dialogues :

Alexis : Betty a raison. Nous sommes le visage de la défense de notre mère. Le jury doit nous voir comme des gens ordinaires.
Daniel : …dit l’amazone transsexuelle.

Christina : Mon utérus est officiellement interdit à la descendance du diable.

Wilhelmina : D’après le docteur mes ovules vont bien mais… je ne peux pas porter le bébé.
Marc : C’est tragique, Bono et Cheryl Crow devrait donner un conert pour ses parties féminines.

Ugly Betty I see me, ICU (la femme de sa vie) 2.8

ATTENTION SPOILERS

  • Scénariste : Charles Pratt Jr.

Voilà un épisode complètement ahurissant, à croire que rien, mais alors rien n’arrête jamais les scénaristes ! Une Betty avide de se faire pardonner sa trahison (justifiée) envers Daniel se lance dans une chasse au testament  de Bradford Meade (à la demande de Claire Meade, personnage toujours aussi truculent à chacune de ses apparitions) dans les couloirs de Mode. Pour compliquer encore un peu la vie de Betty, elle se retrouve aux prises avec sa propre conscience, qui lui montre tout ce qu’elle est devenue en travaillant à Mode, et la pousse à reconsidérer son renvoi du magazine. 

Ugly Betty I see me, ICU (la femme de sa vie) 2.8 dans Series TV 2_8sua10

Je ne me rappelle pas de la dernière fois où j’avais autant apprécié Henry. J’avais tendance à le trouver mou, gentillet et agaçant ces derniers épisodes, mais là je dois avouer que j’ai retrouvé le Henry des premiers épisodes ! Mais ici, pris par ce pseudo-jeu d’agents secrets (auquel il est évident qu’il prend beaucoup plus de plaisir que Betty), et forcé d’user de son charme pour tromper la vigilance de L’Amanda (sécurité du week-end de Mode) il se montre sous un jour irrésistible, au point qu’on redemanderait de ce tandem de choc. L’Amanda (jouée par Mo’Nique) est d’ailleurs un personnage sensationnel, délirant comme il se doit et apporte une saveur toute particulière à l’épisode.

2_8hen10 dans Ugly Betty

En parallèle nous suivons les Meade, avec l’un des parents sur son lit de mort, et l’autre en cavale. Pourtant, ils n’ont jamais autant ressemblé à une famille que dans cet épisode. Claire Meade s’impose à chaque épisode comme un personnage de plus en plus attachant, dont le caractère sincère et le répondant ne sont pas sans rappeler une certaine Betty Suarez…  

Probablement un des épisodes les plus délirants de la série, qui nous rappelle sans conteste pourquoi nous l’aimons autant.

  • L’extrait :

Dans cette vidéo, Betty et Henry sont forcés de passer par les conduits d’aération du bâtiment des Meade Publications pour sortir du bureau de Bradford Meade où ils ont été enfermés par Wilhelmina et Marc.  

Image de prévisualisation YouTube

Les dialogues :

Henry : On est dans un conduit de ventilation, tu te rends compte ? On rampe là-dedans comme au cinéma ! Quand j’étais petit, j’avais même pas le droit d’escalader le sofa.
Betty : Je ne comprends pas que ça te plaise autant. J’ai trop chaud, je transpire, continue sans moi.
Henry : Mais non, ça va aller, fais appel à ton côté super héros.
Betty : Ecoute les Mexicains n’ont pas de super héros comme vous, nous ce qu’on a, c’est une petite souris très rapide.
Henry : Oh attends, on y arrive.
Betty : Oh, Dieu merci. Si on ne risquais pas d’être à court d’oxygène, je t’embrasserais.
Henry : T’as bien dit que la chambre secrète était juste derrière le Placard, c’est ça ? On a dû faire 27 mètres à  40 degré de l’ascenseur. (qui a dit que les maths ne servaient à rien ?) Donc si mes calculs sont corrects…
(ici Henry nous force à remettre en question son talent mathématique en tombant gracieusement dans le bureau circulaire de L’Amanda)
Henry : Tout va bien.
L’Amanda : Oh, alléluia !
Henry : L’Amanda.
L’Amanda : Oui ?
Henry : J’ai été attiré jusqu’à toi.
L’Amanda : Ca s’appelle l’alchimie Sucre d’Orge, et on n’y peut rien.
Henry : L’Amanda… Toi et moi on est comme l’eau et le magnésium (regard perplexe de L’Amanda, qui se demande si c’est un compliment ou une insulte) Un mélange explosif.
L’Amanda : T’as tellement de choses à m’apprendre Sucre d’Orge.

(Ici Henry se retrouve à embrasser L’Amanda sous le regard horrifié de Betty pour faire diversion)

  • Les dialogues :

L’Amanda : (très intéressée par Henry, à Betty) Pourquoi êtes-vous ici ?
Betty : Je débarrasse mon bureau, j’ai été virée.
L’Amanda : Trop dur. Sucre d’Orge est au courant ?
Betty : Pas encore, en fait c’est tout récent.
L’Amanda : Oh, j’ai peut-être une chance. Les hommes aiment les femmes qui ont un travail.

Amanda : Pourquoi est-ce toujours plus triste quand la tragédie frappe les canons ?

Betty (voyant une vision d’elle-même en poncho) : Oh mon Dieu ! C’est moi. Tu es… moi. Je… je ne comprends pas. Tu es mon fantôme ? Je suis morte ? Ils m’ont enterrée dans mon poncho ?

Betty : Des nouvelles de Monsieur Meade ?
Justin : Ils n’ont toujours pas trouvé le costume.
Betty : Non, je veux dire, comment va Monsieur Meade ?
Justin : Il porte une blouse d’hôpital bleu pâle et des tuyaux blancs.
(à chacun ses priorités)

Wilhelmina : Je sais que [Bradford] a changé son testament, mais je ne sais pas en faveur de qui. Pour ce que j’en sais il pourrait tou donner aux oeuvres de… charité. Marc, je crois que tu sais ce qu’il nous reste à faire.
Marc : Trouver cette Charité et la tuer.

Wilhelmina (regardant Betty et Henry en train de s’embrasser) : Si j’avais quelque chose dans l’estomac, ce serait l’occasion de le rendre.

Wilhelmina : Mettons-nous d’accord pour trouver le testament, le lire, nous serrer la main, la laver et reprendre le cours de nos vies. Franchement, tu crois que ça me plaît ces intrigues, ces mensonges, que je trouve agréable de fureter comme une souris blanche ?
Betty : Ouais, ça ne fait aucun doute.
Wilhelmina : C’est pas faux.

Marc : N’y a-t-il pas quelque chose qui bout en toi quelque part, car je sens une idée fumeuse sur le point de jaillir.

Comment Ugly Betty m’a rendu bilingue (ou presque)

(Ou comment un blog à la gloire du cinéma est en train de devenir un blog à la gloire de Ugly Betty…)

Il semblerait que mon amour de la série ait légèrement dépassé ce à quoi je m’attendais… A moins que ce ne soit ma patience légendaire qui ait encore frappée… Toujours est-il qu’incapable d’attendre que la suite de la saison 2 soit enfin diffusé en France, j’ai commencé à la regarder en anglais sur youtube (s’il y a des intéressés parmi vous les épisodes sont postés en quatre à cinq parties le lendemain de la diffusion américaine), avec un sous-titrage anglais à côté (facile à se procurer sur internet) parce que bon, il ne faut pas exagérer non plus, je comprends l’anglais écrit mais je crois que je ne suis pas prête à gérer l’américain parlé ! Comme quoi, il semblerait que Ugly Betty ait réussi là où tous mes professeurs d’anglais ont échoué… Mon niveau d’anglais n’est jamais monté aussi vite !

Je me propose donc de vous faire part de mon avis sur ces épisodes, avec des extraits vidéos (en anglais, désolé). Mais attention aux spoilers ! Parce que je ne parlerais en grande majorité que des épisodes qui viennent tout juste de sortir avec, exceptionnellement, quelques épisodes plus anciens de la saison 2 s’ils m’ont vraiment marqués…

Et voilà pour commencer l’épisode 2.6 : Something wicked this way comes (Amours cachées)

  • Scénariste : Henry Alonso Myers

Dans cet épisode qui met en exergue les difficultés à garder secrète une relation amoureuse, les producteurs portent l’art du quiproquo à son summum en faisant complètement tourner la pauvre Betty en bourrique…

Pour éviter que tout le monde lui dise qu’elle est stupide, Betty prend le parti de sortir avec Henry sans mettre personne dans la confidence. Ce qui la pousse à mentir à Daniel (et tout le monde sait à quel point les choses finissent inévitablement par tourner mal quand ces deux-là n’agissent pas de concert) et à lui faire croire qu’elle sort avec Gio (le vendeur de sandwich avec qui elle entretient une relation tout à la fois houleuse et ambiguë).

Comment Ugly Betty m'a rendu bilingue (ou presque) dans Series TV 2_6bet11

Cet épisode est un petit bijou de rebondissements tous plus délirants les uns que les autres. A chaque fois qu’on se dit que Betty a touché le fond, les producteurs en rajoutent une couche pour notre plus grand bonheur. En parallèle de ces rebondissements digne d’un bon vaudeville, Marc s’adonne à la même tâche que Betty, honteux de l’apparence de son petit ami, et Daniel tente d’obtenir un nouvel annonceur par la drague.

Comme d’habitude, la mise en scène est des plus réjouissante, avec des jeux sur la musique irrésistibles. Pas uniquement sur les chansons comme dans toutes les séries américaines (on peut leur reconnaître ça, en général la bande originale est sans tache), mais sur la musique d’accompagnement, qui sert de miroir aux émotions des personnages (par exemple lorsque Betty arrive au théâtre avec Henry, et qu’elle jubile à l’idée qu’ils sont seuls pour cette soirée, la musique est joyeuse jusqu’au moment où elle voit Gio, et la musique suit la pente ascendante de sa bonne humeur). J’ai un faible particulier pour la scène dans les toilettes, où après avoir légèrement médit sur Wilhelmina, Marc et Amanda se retrouvent face à elle. On se croirait dans un western, avec les battements de coeur en fond sonore, c’est tout simplement hilarant. C’est notamment pour ce soucis du détail que j’aime autant cette série.

2_6hen10 dans Ugly Betty

Daniel en grand frère protecteur et avide de faire plaisir à Betty (le coup de la pub caché dans un sandwich était adorable) est très amusant et met à nouveau l’accent sur l’intimité de leur relation et l’importance qu’ils ont chacun dans la vie de l’autre. Vraiment, on se demande comment ils s’en sortiraient l’un sans l’autre.

En définitive, un épisode inventif et surprenant, comme on les aime. 

  •  L’extrait :

Image de prévisualisation YouTube

Voici les dialogues de cette vidéo (si vous n’êtes pas bilingue) :

Betty : Oh ! bonjour comptable.
Henry : Oh, bonjour, assistante de Daniel.
Betty : Il me faut votre signature ici… oups ! je l’ai fait tomber.
(sous le bureau)
Betty : Ecoute, je me sens coupable de ne pas avoir réussi à te consacrer du temps et je me suis dit que ce soir on pourrait avoir un vrai rencart.
Henry : Tu penses à quoi ?
Betty : On n’a jamais pu voir Wicked.
Henry : Wicked ? Méchamment génial.
Betty : Et après, le rencart pourrait peut-être continuer.
(là Henry se cogne la tête XD)
Henry : Ouais, ouais, ce serait bien.
(là Henry reprend le contrôle sur ses hormones)
Henry : Je veux dire, quoi qu’on fasse.
Daniel (surgit de nulle part) : Betty ?
(et c’est au tour de Betty de se cogner la tête, une discipline dans laquelle elle excelle…)
(dans le bureau de Daniel)

Betty : Il ne se passe rien. Il ne faisait que signer des papiers… sous le bureau. On le fait toujours comme ça. Je protège ta confidentialité.
Daniel : Tu as oublié comme tu étais anéantie la dernière fois qu’il t’a quittée ?
Betty : Daniel, je ne sors pas avec Henry.
Daniel : Car si c’était le cas, je devrais sérieusement penser à m’en débarrasser.
Betty : En le tuant ?
Daniel : Quoi ? Non mon Dieu, je sais que c’est presque une tradition dans ma famille. Non, je parlais de le virer. Je ne le laisserai pas te briser le coeur deux fois Betty.
Betty : Tu ferais vraiment ça ?
Daniel : Allez Betty, tu te mêles tout le temps de ma vie car tu t’inquiètes toujours pour moi. Que ça te plaise ou non, je m’inquiète aussi pour toi.
Betty : Tu n’as pas à t’inquiéter.

  • Les dialogues les plus savoureux de cet épisode (puisque chaque épisode en fourni de nouveaux) :

Marc : On a un code fuschia.
Amanda : Tu as fait un enfant à quelqu’un ?
Marc : Non, ça c’est code « jamais ».

Wilhelmina (à Marc) : Je dois prendre 3 kilos d’ici samedi pour remplir ma tenue. (regarde Betty) Regarde-la, elle donne l’impression que c’est si facile. [...] Renseigne-toi sur ce que Betty mange à midi, et apporte m’en deux.

Wilhelmina : Marc ! C’est un désastre.
Marc : Je savais que tu penserais au problème de la demoiselle d’honneur mais j’ai une idée. On fera une conférence vidéo avec Nico…
Wilhelmina : Il ne s’agit pas de Nico. (désigant des chocolats à Marc) Regarde.
Marc : Des chocolats ! Un désastre ! Redis-moi pourquoi ?

Betty (envoyant un texto à Henry) : Tu es sur le point d’entendre quelqu’un tousser, c’est moi qui te dit « hello ».
Henry (envoyant un texto à Betty) : Tu es sur le point d’entendre quelqu’un éternuer, c’est moi qui te dit « hello ».
Gio (assis à côté de Betty) : Tu es sur le moint d’entendre quelqu’un se moquer. C’est moi… qui me moque.

Betty (à propos de sortir avec Henry) : Mais peut-être qu’on ne devrait pas en parler à papa.
Hilda : Oh oui, non. Je suis romantique, pas folle.

Betty : Ecoute, Daniel dit que tu as accès aux billets pour le théâtre. S’il-te-plaît, je ferai ce que tu veux… Pourquoi tu souris comme ça ?
Amanda : Je t’imaginais promenant Halston pendant un mois.
Betty : D’accord !
Amanda : En maillot de bain. 

Ugly Betty, preview de Burning questions (2.15)

Après l’arrêt de la série forcée par la grève des scénaristes, Ugly Betty est enfin de retour (aux Etats-Unis, parce qu’hélas les français vont devoir faire preuve d’encore un peu de patience…). Voici pour vous faire patienter un petit extrait hilarant pour se faire plaisir (j’avoue que depuis trois jours je me le repasse presque en boucle et que je ne m’en lasse vraiment pas) qui ne nécessite pas de grandes connaissances en anglais. Les expressions des personnages sont tout simplement irrésistibles…

Image de prévisualisation YouTube

Si vous aimez la série je ne peux que vous conseiller le site d’ABC : http://abc.go.com/primetime/uglybetty/index?pn=index

Vous y trouverez chaque semaine de nouvelles vidéos pour vous faire patienter (ou saliver, au choix)

Pourquoi Ugly Betty est mieux que Le destin de Lisa

 Pourquoi Ugly Betty est mieux que Le destin de Lisa dans Series TV ugly-b10

Oui je sais, en soi le débat a l’air stéril, et pourtant la série américaine a quelque chose de plus que l’allemande pourtant étrangement addictive… (certaines choses ne s’expliquent pas)

Sur le pitch principal, l’histoire est la même : une fille moche (ou top-model déguisée en moche à l’aide de quelques kilos superfétatoires et d’un appareil dentaire, sans compter les lunettes et le cheveu broussailleux, mais à part ça on n’est pas dans les clichés…) embauchée dans le milieu de la mode comme assistante du boss. Les intrigues sous-jacentes sont un peu différentes, mais ce n’est pas ce qui rend la série si attrayante.

ugly_b10 dans Ugly Betty

On pourrait croire ces deux séries identiques, et pourtant… Déjà, l’héroïne de Ugly Betty est beaucoup moins pathétique, mais alors vraiment (on n’entend pas ses pensées et c’est une sacrée amélioration) et c’est une série véritablement drôle et caustique, qui massacre le monde de la mode (Wilhelmina qui pique une crise parce qu’elle a grossi, les assistantes qui se battent pour la collection précédente…) , alors que Le destin de Lisa accumule les clichés. Si dans l’allemande on passe son temps à se prendre la tête dans les mains de désespoir, on rit très franchement dans Ugly Betty.

eric_m10

Sans compter que les personnages ont une dimension beaucoup moins dramatique et leur côté loufoque est irrésistible (j’ai un faible avoué pour le neveu Justin, féru de mode, et Marc, l’assistant de Wilhelmina, cruel et trouillard, mais tellement drôle…), et qu’ils demeurent au final plus attachants. A commencer par Daniel, beaucoup plus sympathique et largement moins prétentieux que David… Et sa relation avec Betty est beaucoup moins opportuniste et mesquine que celle qu’entretiennent David et Lisa : il y a au contraire une véritable amitié basée sur l’échange. Ce qui rend les personnages si attanchants, c’est que la série évite les clichés manichéens, et est en mesure de faire ressortir le côté humain de chaque personnage (on citera Nico et Ted pour Wilhelmina) ce qui empêche le schéma classique gentil/méchant.

uglyb-10

Aussi, si vous passez un moment difficile, je ne saurais que vous conseiller Ugly Betty pour vous détendre…


L'observation est un talent qui se cultive comme n'importe quelle forme d'art.

En ce moment… Je lis

"Les aventuriers de la mer tome 1" Robin Hobb (la suite de l'assassin royal)

J’écoute…

je lis beaucoup donc j'écoute peu de musique

In the mood for…

... lire en mangeant des abricots

Calendrier

juin 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

L’image de la semaine

L’image de la semaine

Kirsten Dunst et Orlando Bloom

La citation de la semaine

"Ne pas monter bien haut peut-être, mais seul" Edmond Rostand

Sondage

Vous êtes arrivés sur ce blog...

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


FAMILLE BRAULT PINEAU FERRAND |
etmaemma |
Ensemble Un Oeil ouvert sur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BAB BERRED
| dylan0000
| Plug-in or not plug-in