Archives pour la catégorie Patinage

Gala du championnat d’Europe, Helsinki

Comme je l’ai déjà dit, on n’observe pas de la même façon un patineur en compétition qu’en gala. En compétition, il y a l’adrénaline, parfois une bonne surprise, mais on n’en est pas moins patriotique et farouchement attaché aux sorts de ses favoris. En gala on oublie les points, les obligations techniques et on se contente d’ouvrir les yeux pour se laisser émerveiller.

Ce gala valait la peine d’être vu, ne serait-ce que pour la performance de Sinead et John Kerr. Je vous ai déjà parlé de mon coup de coeur inattendu pour ce couple lors du programme libre. Il s’est transformé cet après-midi en un coup de foudre irrévocable.J’ai été bercée dans ma jeunesse par les prouesses de Marina Anissina et Gwendal Peizerat, leur fougue, leur énergie et l’audace de leur patinage que je n’ai cessé de regretter depuis qu’ils sont passés professionnels. Pas un de leur programme ne m’a déçu un jour. Je pensais ne jamais retrouver l’émotion et la folie qu’ils généraient dans mon coeur. Mais cette année… c’est exactement ce que j’ai retrouvé avec la fratrie Kerr. Cette même fusion qui donne l’impression d’une seule personne, l’émotion que dégage leur glisse, et cette modernité même sur une danse écossaise ! Et lorsqu’ils osèrent le porté inversé qui faisait la popularité de Anissina/Peizerat, je fus définitivement conquise. Je continuerai à m’émerveiller devant le patinage de nos français, je suivrai les pogressions des israëliens et des italiens et me laisserai porter par la fougue des russes. Mais là, je suis amoureuse.

Image de prévisualisation YouTube

Championnat d’Europe, danse sur glace, Helsinki 2009

Une soirée inattendue hier soir, puisque en l’absence des champions du monde Isabelle Delobel et Olivier Schoenfelder (absence due à une opération pour Isabelle Delobel) et suite à une chute des tenants du titre Oksana Domimna et Maxim Shabalin, les habitués des quatrième et cinquième place s’en sont donné à coeur joie afin de saisir cette opportunité de décrocher une place sur le podium. C’est finalement et sans surprise le couple russe Khokhlova et Novitski, dynamique et techniquement excellents, qui raffle la médaille d’or. Nos français Péchalat et Bourzat, pourtant en excellente forme et ave cun programme magique n’aura droit qu’à la quatrième place…

Ainsi comme la précédente cette soirée aura été sous le signe de la déception, notamment à cause de la médaille d’argent accordée aux italiens, dont je trouve que le patinage manque cruellement de fluidité, ainsi que le sous-notage du jeune couple israëlien Alexandra et Roman Zaretski, pourtant très frais. Cependant, cette soirée m’a permis de faire deux grandes découvertes. D’abord un tout jeune couple italien (pourtant une nationalité dont j’apprécie rarement les patineurs) Luca Lanotte et Anna Cappellini, à la fois danseurs et comédiens, dont la technique laisse peut-être à désirer mais dont le patinage envoûte. Je vous laisse juger par vous-même :

Image de prévisualisation YouTube

Et pour finir le couple britanniques Sinead et John Kerr, que j’avais découvert l’an dernier mais dont le style me déplaisait fortement.  Leur programme de cette année m’a permis de bien mieux apprécier leur talent. Fluide, moderne, audacieux et en parfait accord avec la musique de Muse, ce couple fait désormais parti de mes favoris, et je suis très heureuse qu’ils aient pu décrocher le bronze hier soir.

Image de prévisualisation YouTube

Je vous dit donc à demain pour le gala.

Championnat d’Europe, catégorie hommes, Helsinki 2009

Un petit article tout droit rescapé du monde merveilleux des révisions… (et oui maintenant vous savez pourquoi je joue la morte depuis quelques semaines) Même les révisions ne sauraient m’empêcher de suivre les championnats d’Europe de patinage artistique.

Aujourd’hui les hommes, avec une légère déception, tant le podium français me paraissait à portée de main, surtout en vue de l’excellente performance de Brian Joubert et Alban Préaubert au programme court. La compétition paraissait ardue avec un Tomas Verner dans une forme explosive, qui malheureusement n’a fait qu’accumuler les erreurs, se mettant immédiatement en dehors de la course au podium. Le concurrent le plus dangereux des français mis hors course, on était en droit de tout espérer, et la performance d’Alban Préaubert, absolument excellente, avec uniquement une faute minime, n’a pourtant pas été récompensé comme il l’aurait mérité, et il devra pour cette fois se contenter d’une cinquième place…

Quant à Brian Joubert, on a pu lire sur son visage tout au long de son programme qu’il voulait cette médaille d’or à laquelle il avait dû renoncer l’an dernier. Son importante avance prise au programme court lui aura probablement sauvé la mise ce soir, puisque même sa chute et les quelques erreurs commises ce soir ne l’auront pas empêché de gagner cette place. On aura eu la Marseillaise ce soir, mais malheureusement un seul français sur le podium.

La catégorie homme est probablement celle qui me donne les plus grandes poussées d’adrénaline, tant j’y ai de chouchous, à tel point qu’on ne peut définitivement pas tous les faire rentrer sur un podium (encore que ce soir c’eût été possible). Et pourtant cette soirée, bien que couronnée du succès de Brian Joubert n’a pas été aussi forte que je l’attendais, et pourtant l’amie qui m’accueille gentiment auprès de sa télé durant cette période de championnat est témoin de l’émoi que cette soirée a généré en moi… Peut-être reste-t-il encore quelques marques sur son bras… Mais bon, on est jamais tout à fait dans son état normal en période de révision.

Et voici comme promis une vidéo du programme d’Alban Préaubert :

Image de prévisualisation YouTube

Gala de fin d’année, Courchevel 2008

Ah, le retour du patinage artistique, une bonne raison d’aimer l’hiver ! Et quoi de mieux qu’un petit gala de fin d’année pour se remettre dans l’ambiance ? Après tout, le gala permet de renouer avec ses favoris, de constater leurs progrès et de repérer les jeunes talents. Et cette année mes amis, que de talents… J’aimerais bien tous les citer, tous vous les montrer mais je sens que ça va être difficile.

Ce gala fut une délicieuse explosion artistique mêlée d’humour. C’est bien sûr ce qui fait le charme des galas : ce mélange de toutes les catégories, l’absence de pression face aux résultats (en février je vous vanterai probablement la montée d’adrénaline lorsque vos patineurs favoris entrent en piste, la respiration qu’on retient à chaque saut, la crainte qui vous taraude jusqu’à la dernière seconde du programme, mais tout cela est une autre histoire), et tous ces sportifs/artistes (vraiment pour le coup j’hésite) qui se lâchent, osent le tout et le n’importe quoi, de la parodie au romantisme exalté, mais surtout qui donne tout avec passion et sans prise de tête. Dynamisant, voilà exactement le terme qui convient. Après je serais tentée de dire que celui-ci fut particulièrement brillant : cette impression que j’avais l’an dernier d’un retour en force du patinage français ne cesse de se confirmer.

Outre le plaisir de retrouver Alban Préaubert qui m’avait bien manqué aux derniers championnats du monde, j’ai aussi eu l’occasion de me trouver un nouveau chouchou dans une catégorie où je suis assez difficile à séduire, les hommes.Petite, je n’avais de goût que pour les catégories couple et danse sur glace, les autres me paraissant tous identiques. Les femmes me plaisaient malgré tout par leurs costumes chatoyants. Mais depuis l’an dernier j’ai fini par apprivoiser un peu mieux la technique masculine et à y goûter avec intérêt. D’ailleurs je finis par ne plus avoir assez de doigts pour compter mes chouchous. Et il y en a un nouveau qui vient de s’incruster avec force, Florent Amadio de son petit nom, remarquable dans sa gestuelle et son patinage félin, mais je ne vois pas qui aurait pu résister à son programme sur le thème d’Amélie Poulain qu’il parvient à sublimer encore. Et puis il y a Yannick Ponsero, hilarant dans son résumé des trois épisodes des Bronzés en quelques minutes seulement, que j’aime bien sans pour autant avoir été autant éblouie par son travail que par celui d’autres, mais peut-être est-ce la faute (il fallait bien que je mette un bémol quelque part à ce formidable gala) des caméras qui ont trop axés sur les chanteurs venus interpréter « Tatoue-moi » plutôt que sur le patinage. Et Dieu sait qu’il est difficile de se laisser prendre dans un programme sans cesse interrompu par des images des chanteurs qu’on n’a pas besoin de voir pour bien entendre…

Mais outre cette découverte, j’ai eu la chance de constater que le patinage féminin français a peut-être une chance de renaître grâce à Candice Didier qui semble fort prometteuse. Mais comme d’habitude ce sont les catégories couple et danse sur glace qui m’ont le plus ravie : la découverte d’abord d’Adeline Canac et Maximin Coia, catégorie couple, actuels champions de France, qui ont patiné avec brio sur « les patineurs » de Clarika, musique pour laquelle ils semblent être nés.

Image de prévisualisation YouTube

Et puis les retrouvailles exquises avec ce couple que j’adore, en danse sur glace, Pernelle Caron et Mathieu Jost que j’avais quittés très bons artistiquement parlant mais un peu faible niveau technique et je les ai retrouvés avec plaisir souriants, dynamiques et beaucoup plus forts techniquement, et si je ne voulais pas éviter de vous surcharger de vidéos je vous rajouterais bien leur programme de gala, mais il faut faire un choix et ma plus belle surprise cet après-midi vient du couple français de danse sur glace Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat dont je n’aimais pas du tout le style l’an dernier. Mais là, j’ai été littéralement soufflée par leur énergie, leur vivacité etleut technique époustoufflante. Comme quoi on est jamais à l’abri d’une bonne surprise.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Et à propos de surprise je voudrais saluer le duo Arménien Ari Zakarian et Akop Manoukian qui nous ont livré un spectacle à la fois hilarant et techniquement bluffant. Avec des accessoires délirant, un thème inédit dans le patinage (un combat de boxe) et un sens du comique très développé ils ont donné beaucoup de légéreté à ce spectacle.

De quoi mettre l’eau à la bouche pour les championnats à venir en somme.

Note : Bonnes fêtes de fin d’année à tous !

Note 2 :  J’ai fait une erreur plus haut : en fait ce n’est pas Yannick Montserot qui patinait sur « tatoue-moi » mais Yoann Deslot…

gala de patinage, spécial couple…

Voici le programme d’exhibition du couple gagnant, les allemands Aliona Savchenko et Robin Szolkowy (argh comment voulez-vous ne pas écorcher son nom ???) à la demande de shuh, j’espère que ça te plaira Clin doeil

Image de prévisualisation YouTube

Gala des mondiaux de patinage, Göteborg 2008

Voilà un gala enflammé ! J’ai même eu la chance de repérer des patineurs au style de mes préférés qui ne font plus de compétitions…

Ainsi, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais ce couple russe, Jana Khokhlova et Novitski ont un petit quelque chose de Marina Anissina et Gwendal Peizerat, un peu la même fougue je trouve. Je vous laisse constater avec leur programme de gala :

Image de prévisualisation YouTube

Et un grand programme de Brian Joubert, qui prouve que définitivement, c’est lui le meilleur patineur de cette compétition (d’ailleurs nous n’avons pas vu Jeffrey Buttle, quelle perte mais vraiment quelle perte… lol), et d’ailleurs je lui trouve un petit air de Plushenko, dans son charisme sur laglace, et cette dextérité dans ses petits pas, vous ne trouvez pas ?^^

Image de prévisualisation YouTube

Championnat du monde de patinage artistique

Je sais que je fais un blog sur le cinéma mais là je ne peux pas m’empêcher d’écrire…. Je viens de regarder la compétition masculine et je me sens vraiment frustrée…

D’abord parce que Thomas Verner, actuel champion d’Europe a complétement raté son programme long, en se rattrappant mal sur le premier quadruple, puis en tombant sur le deuxième et enfin en effectuant une suite de simple ! C’était un massacre… Et j’avoue que même si jespérais vraiment que la France gagne c’est un patineur que j’aime énormément et il méritait bien mieux que ça !

Et enfin l’injustice des points retirés à Brian Joubert (il y en a un je comprends, il est tombé, mais pourquoi un deuxième ?) sans compter le surnotage de Jeffrey Buttle pour le programme libre ! D’accord il patine bien, mais pour reprendre les mots de Brian Joubert il n’a pas tenté le quadruple et ne prend aucun risque ! Sa première place n’était absolument pas justifiée !

Bon il y a quand même eu la bonne surprise de Johnny Weir, qui a livré un programme presque sans faute (on lui pardonne la réception du quadruple parce que ça n’est vraiment pas son truc, et c’était déjà bien de le tenter) et visuellement superbe.

Mais il n’empêche que… je vous met la vidéo du programme libre de Brian Joubert parce que je persiste à dire que c’est le meilleur de la soirée :

Image de prévisualisation YouTube

Et si on part dans ce sens-là voilà la liste de mes chouchous (vous pourrez constater que je ne suis pas raciste, je juge sur la beauté du patinage et je n’aime pas que des français), j’aime beaucoup Brian Joubert (mais ça je pense que vous l’avez déjà compris^^), Alban Préaubert (qui n’a pas pu patiner à cause d’une blessure grave, ce n’est vraiment pas la saison de mes favoris Triste), Johnny Weir (bon depuis aujourd’hui mais je le trouve vraiment génial) et Thomas Verner. Et le patineur que j’idolâtre vraiment et ce depuis très très longtemps maintenant, et que je compte pour le meilleur patineur est Evgueni Plushenko (qui a un nom tellement simple à orthographier que je me plante une fois sur deux dessus XD, quand on sait que je sais écrire Miyazaki sans faute si c’est pas malheureux… bref !) Malheureusement il ne fait plus de compétitions emoticone. Allez je suis généreuse je vous laisse une petite vidéo d’un de ses programmes, et admirez sa glisse… ah là là, je me sens défaillir… lol Mais c’est qu’il a bercé toute ma jeunesse… oui, je suis une grande sentimentale XD

Image de prévisualisation YouTube

Bon d’accord il n’est pas parfait dans ce programme, mais tout de même…

Des amateurs de patinage parmi vous ?

 


L'observation est un talent qui se cultive comme n'importe quelle forme d'art.

En ce moment… Je lis

"Les aventuriers de la mer tome 1" Robin Hobb (la suite de l'assassin royal)

J’écoute…

je lis beaucoup donc j'écoute peu de musique

In the mood for…

... lire en mangeant des abricots

Calendrier

décembre 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

L’image de la semaine

L’image de la semaine

Kirsten Dunst et Orlando Bloom

La citation de la semaine

"Ne pas monter bien haut peut-être, mais seul" Edmond Rostand

Sondage

Vous êtes arrivés sur ce blog...

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


FAMILLE BRAULT PINEAU FERRAND |
etmaemma |
Ensemble Un Oeil ouvert sur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BAB BERRED
| dylan0000
| Plug-in or not plug-in