Archives pour la catégorie Dans ma cuisine

La tragique aventure de la sauce soja

La journée avait plutôt bien commencé, je venais de passer deux heures en société sans qu’un seul juron ne pointe le bout de son nez, et comme je n’avais pas trop l’intention de ressortir de la journée, je me suis dit que je venais de passer une journée entière sans juron. J’imaginais déjà le superbe article que je posterai ce soir sur mon blog. Quand une bouteille de sauce soja décida de s’en mêler…

Pour bien comprendre le pourquoi du comment de cette tragique affaire, il faut reprendre au début, au centre commercial dont je ne citerais pas le nom puisque de toutes façons je ne l’ai choisi que parce que c’était le plus proche de chez moi (flemmarde again) alors que je me demandais ce que j’allais bien pouvoir manger ce midi (que de suspens !!). Et là je me suis malheureusement souvenue que j’avais en ma possession une sauce soja qu’il serait temps d’inaugurer. J’ai donc acheté une boîte d’accras de morue.

Une fois rentrée chez moi, je met les accras à chauffer, et après avoir vidé mes courses, je sors la bouteille de soja avec l’intention légitime de l’ouvrir. J’enlève d’abord le couvercle et là en-dessous se trouve cette infamie, vous savez, ce petit cordon en plastique sur lequel il faut tirer pour retirer la capsule sous laquelle se trouve la bien-aimée sauce soja. J’ai tiré. Comme j’ai déjà tiré sur des centaines d’anneaux en plastique similaires, mais celui-là n’était définitivement pas comme les autres, celui là était un sale con d’emmerdeur enquiquineur : celui-là s’est cassé.

Et merde.

Et voilà, à cause d’un stupide anneau en plastique, je venais de prononcer le premier gros mot de la journée. J’ai inspiré bien fort et je me suis dit qu’en fait, il suffisait peut-être juste d’insister. Un « putain » plus tard, j’ai fait une grande découverte : une fois que ce stupide anneau en plastique (stupide est un excellent substitut de « à la con ») est cassé, on ne peut plus rien en faire.

Mais je n’allais pas me laisser décourager comme ça. Et ce pour une bonne raison, mes accras étaient en train de cuire et je ne voyais pas comment j’aurais pu les manger sans sauce. J’ai donc décidé de dévisser l’ensemble du bouchon de la bouteille. Là j’ai fait une nouvelle découverte majeure : ou je n’ai pas de poigne ou ce fichu bouchon est indévissable. Comme je n’avais pas plus que cela l’intention de me ridiculiser devant des voisins que je ne connais toujours pas, que je n’avais pas de poigne d’homme cachée dans un placard, et que mes accras commençaient à cuire depuis un peu trop longtemps, j’ai simplement dit « merde » et j’ai couru à l’épicerie en bas de chez moi acheter de la sauce chinoise l’esprit un peu échauffé.

Un garçon très mignon est passé devant moi en vélo. Putain

Il n’y avait pas de sauce chinoise à l’épicerie. Merde.

J’ai essayé d’ouvrir le bouchon à l’aide d’un couteau mais je n’ai réussi qu’à balancer des bouts de plastique un peu partout dans ma cuisine. Putain.

Mes accras étaient cramés. Merde.

J’ai finalement balancé cette bouteille satanique à la poubelle, et c’est ce moment-là qu’elle a choisi pour finalement s’ouvrir… Je vous laisse deviner ce que j’ai dit…

Si vous en avez marre de manger le nutella à la petite cuillère…

J’imagine que je m’adresse surtout aux filles mais bon s’il y a un mangeur de nutella anonyme qui se cache derrière cet écran je le salue bien affectueusement. Personnellement ce n’est pas trop mon genre, mais dans un petit bouquin très sympa où j’ai aussi pris ma recette de brownie, j’ai trouvé une sympathique recette de truffes nutella-speculoos, que ma copine MargAUX a d’ailleurs expérimenté avec des petits beurre, c’est pour ça qu’entre nous on appelle ça des Margotines maintenant. Voici donc cette petite recette simple et pas cher qui vous permettra de manger du nutella en donnant l’impression que c’est sophistiqué.

10 biscuits speculoos (je trouve ça un peu faible comme estimation, personnellement tout le paquet y est passé…)
200 g de nutella
20 cl de crème fraîche

Réduire les speculoos en poudre dans une assiette. Mélangez le nutella à la crème fraîche et un tiers de la poudre de speculoos. Placez au frais pendant 20 minutes (en théorie, mais plus longtemps on le laisse plus la pâte est facile à manier ensuite). Formez ensuite une vingtaine de petites boules en les roulant avec les mains, puis les rouler dans la poudre de speculoos restante.

Et voilà ! Ce fut bref et intense non ? :p Dans l’idéal si vous ne les consommez pas tout de suite, remettez les au frigo.

Come to the dark side, we have cookies !

Snoopy a une philosophie de la vie très intéressante si vous voulez mon avis. Quand on lui demande qu’elle serait la fille idéale pour lui, il répond sans hésiter qu’elle aurait un nez en cookie, des oreilles en forme de cookies et deux énormes cookies à la place des yeux. Pour résumer, le cookie c’est la vie. Des fois que vous vous mettiez en tête de séduire un pseudo-Snoopy, voici la recette idéale pour faire conccurence à LU cette fois-ci (héhé si vous continuez à suivre mes conseils nous allons mettre en faillite toute l’industrie des gâteaux^^)

Je ne sais pas vous, mais personnellement j’ai essayé un tas de recettes de cookies avant de trouver la bonne. A chaque fois, au lieu d’une bande de petits cookies, j’obtenais après cuisson un seul grand cookie qui s’étendait sur toute ma plaque. Avec la recette qui suit, vous n’aurez aucun risque que ça vous arrive :

  • préparation : 5 minutes
    cuisson : 10 minutes (par fournée, alors visez large)

  • 250g de farine
    1/2 sachet de levure
    125g de sucre blanc
    125g de sucre roux
    125g de beurre fondu
    1 oeuf
    1 sachet de sucre vanillé
    1 pincée de sel
    pépites de chocolat à volonté

  • Dans un saladier, mélanger la farine, la levure, le sucre, le sel et le sucre vanillé. Dans un bol battre l’oeuf et le beurre fondu. Mettre la préparation beurre-oeuf avec le reste. Ajoutez les pépites de chocolat, mélangez avec une cuillère en bois.
    Mettre au réfrigérateur une heure (pas indispensable).
    Préchauffez le four à 240° (th 8 )
    Façonner des cookies d’environ 5 cms de diamètre et 0,5 cms d’épaisseur. Les disposer sur la plaque du four recouverte de papier sulfurisé en les espaçant. Enfourner 10 minutes.
    Laissez refroidir un peu avant de les décoller et de les disposer sur une grille.

    Come to the dark side, we have cookies ! dans Dans ma cuisine cookie10

  • Mes conseils :

    Cette recette est prévu pour environ 15 mais si vous avez un type Snoopy à la maison, n’hésitez pas à doubler les doses. C’est plus long sur le coup, mais on a la paix plus longtemps après !

    Pour les pépites de chocolat, pour les doses prescrites plus haut, un bol suffit largement, sinon on en a beaucoup trop et on finit par gaspiller. Vous pouvez aussi substituer le chocolat à des noix, de la pistache etc. Après, c’est une affaire de goût^^

    Même s’il n’est pas indispensable de mettre au réfrigérateur ça me paraît tout de même préférable, ne serait-ce qu’une demi-heure, et entre chaque fournée si vous pouvez.

    Personnellement je ne suis pas une grande fan du papier sulfurisé, la dernière fois que j’en ai utilisé la moitié a fini collée à mes cookies. Aussi je vous conseil de récupérer les papiers de paquet de beurre, c’est gras par nature, et ça n’attache pas.

    Surtout, même s’ils ne vous paraissent pas très cuits, arrêtez bien la cuisson au bout de 10 minutes, sinon vos cookies seront trop durs. 

    Laissez vraiment refroidir quelques minutes avant de décoller les cookies, parce qu’à la sortie du four ils sont tout mous, et vous allez vous retrouver avec des miettes de cookies. Croyez-en mon expérience, ça n’est pas très bon pour l’ego d’échouer si près du but.

Le brownie « bonne à marier »

Ce nom lui vient du fait qu’un jour où j’en avais fait un, on m’a déclaré que le gâteau était tellement bon que j’étais bonne à marier. Préparez-vous à faire de la conccurence à Brossard. Voilà donc ma spécialité, à améliorer à votre goût :

  • pour 12 personnes
    préparation : 15 minutes
    cuisson : 45 minutes
  • 250g de chocolat
    250g de beurre
    150g de farine
    3 oeufs
    300g de sucre
    1 paquet de sucre vanillé
    1/2 paquet de levure chimique
    garniture à volonté : pépites de chocolat (blanc, noir ou au lait), amandes, pistaches, noix, noisettes… environ un bol de pépites et au moins un demi-bol de noix
  • Préchauffez le four thermostat 6. Dans une casserole, faire fondre ensemble le chocolat et le beurre à feu doux, sans cesser de remuer. Laissez refroidir.
    Dans un saladier mélangez la farine et la levure. Ajoutez, en mélangeant bien, les oeufs un à un, le sucre, puis le sucre vanillé. Incorporer délicatement la préparation au chocolat refroidie avec la garniture.
    Beurrer un moule rectangulaire allant au four, étaler la pâte et enfourner. Au bout de 20 minutes, couvrir le moule. Poursuivre la cuisson pendant 20 minutes ou un peu moins pour un brownie plus moelleux.

Le brownie

  • Mes conseils…

Les pépites de chocolats blancs donnent un particulièrement bon résultat.

Pour la cuisson, je conseille de surveiller le gâteau pendant les 20 premières minutes et de couvrir dès que vous considérer qu’il a suffisamment cuit sur le dessus, pour certains fours, 20 minutes ce sera trop, pour d’autres insuffisant. Par contre une fois qu’il est couvert, laissez encore cuire 20 minutes pleines.
Servez avec de la crème anglaise, ça allège considérablement la recette (pas au niveau des calories certes, mais ça rend l’ensemble moins lourd.

 Ce gâteau a un avantage certain, à moins d’inviter plein d’amis à la maison, il dure longtemps.

Pourquoi la cuisine est et doit rester un plaisir solitaire…

Petite réflexion qui m’a frappé en faisant des cookies tout à l’heure…

* Pour que personne ne sache qu’avant qu’on la tamise la farine était le repère douillet d’une myriade de petites bestioles noires.

* Etre la seule à savoir qu’il y a des coquilles d’oeufs oubliées (c’est moins grave dans les galettes des rois on peut faire passer ça pour une fève) et surtout que personne ne découvre notre méthode toute personnelle pour récupérer les coquilles dans le plat.

* Essuyer la pâte qui coule avec son étole qui traînait dans la cuisine et qu’on a confondu avec le torchon dans la précipitation.

* La crise de nerf toujours peu flatteuse quand on finit par perdre ses moyens parce qu’on réalise subitement que malgré toute notre attention le gâteau est dans le four et qu’on a oublié la levure (et parce qu’au final on ets bien contente d’en avoir été la seule spectatrice).

* S’éviter le regard condescendant des autres qui penseront forcément à tout ce que vous avez oublié (en même temps s’ils n’avaient pas été en train de vous parler vous n’auriez pas été distraite !)

* Garder pour soi seule le mérite des trois heures d’acharnement culinaire et recueillir avec satisfaction les compliments enthousiastes de vos amis (« mouais, ça se mange », « c’est bon, c’est un Picard ? »)

Toute ressemblance avec des faits ou des personnes existentes serait bien évidemment purement fortuite…

Pourquoi la cuisine est et doit rester un plaisir solitaire... dans Dans ma cuisine ratato10


L'observation est un talent qui se cultive comme n'importe quelle forme d'art.

En ce moment… Je lis

"Les aventuriers de la mer tome 1" Robin Hobb (la suite de l'assassin royal)

J’écoute…

je lis beaucoup donc j'écoute peu de musique

In the mood for…

... lire en mangeant des abricots

Calendrier

mars 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

L’image de la semaine

L’image de la semaine

Kirsten Dunst et Orlando Bloom

La citation de la semaine

"Ne pas monter bien haut peut-être, mais seul" Edmond Rostand

Sondage

Vous êtes arrivés sur ce blog...

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


FAMILLE BRAULT PINEAU FERRAND |
etmaemma |
Ensemble Un Oeil ouvert sur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BAB BERRED
| dylan0000
| Plug-in or not plug-in