Gala de fin d’année, Courchevel 2008

Ah, le retour du patinage artistique, une bonne raison d’aimer l’hiver ! Et quoi de mieux qu’un petit gala de fin d’année pour se remettre dans l’ambiance ? Après tout, le gala permet de renouer avec ses favoris, de constater leurs progrès et de repérer les jeunes talents. Et cette année mes amis, que de talents… J’aimerais bien tous les citer, tous vous les montrer mais je sens que ça va être difficile.

Ce gala fut une délicieuse explosion artistique mêlée d’humour. C’est bien sûr ce qui fait le charme des galas : ce mélange de toutes les catégories, l’absence de pression face aux résultats (en février je vous vanterai probablement la montée d’adrénaline lorsque vos patineurs favoris entrent en piste, la respiration qu’on retient à chaque saut, la crainte qui vous taraude jusqu’à la dernière seconde du programme, mais tout cela est une autre histoire), et tous ces sportifs/artistes (vraiment pour le coup j’hésite) qui se lâchent, osent le tout et le n’importe quoi, de la parodie au romantisme exalté, mais surtout qui donne tout avec passion et sans prise de tête. Dynamisant, voilà exactement le terme qui convient. Après je serais tentée de dire que celui-ci fut particulièrement brillant : cette impression que j’avais l’an dernier d’un retour en force du patinage français ne cesse de se confirmer.

Outre le plaisir de retrouver Alban Préaubert qui m’avait bien manqué aux derniers championnats du monde, j’ai aussi eu l’occasion de me trouver un nouveau chouchou dans une catégorie où je suis assez difficile à séduire, les hommes.Petite, je n’avais de goût que pour les catégories couple et danse sur glace, les autres me paraissant tous identiques. Les femmes me plaisaient malgré tout par leurs costumes chatoyants. Mais depuis l’an dernier j’ai fini par apprivoiser un peu mieux la technique masculine et à y goûter avec intérêt. D’ailleurs je finis par ne plus avoir assez de doigts pour compter mes chouchous. Et il y en a un nouveau qui vient de s’incruster avec force, Florent Amadio de son petit nom, remarquable dans sa gestuelle et son patinage félin, mais je ne vois pas qui aurait pu résister à son programme sur le thème d’Amélie Poulain qu’il parvient à sublimer encore. Et puis il y a Yannick Ponsero, hilarant dans son résumé des trois épisodes des Bronzés en quelques minutes seulement, que j’aime bien sans pour autant avoir été autant éblouie par son travail que par celui d’autres, mais peut-être est-ce la faute (il fallait bien que je mette un bémol quelque part à ce formidable gala) des caméras qui ont trop axés sur les chanteurs venus interpréter « Tatoue-moi » plutôt que sur le patinage. Et Dieu sait qu’il est difficile de se laisser prendre dans un programme sans cesse interrompu par des images des chanteurs qu’on n’a pas besoin de voir pour bien entendre…

Mais outre cette découverte, j’ai eu la chance de constater que le patinage féminin français a peut-être une chance de renaître grâce à Candice Didier qui semble fort prometteuse. Mais comme d’habitude ce sont les catégories couple et danse sur glace qui m’ont le plus ravie : la découverte d’abord d’Adeline Canac et Maximin Coia, catégorie couple, actuels champions de France, qui ont patiné avec brio sur « les patineurs » de Clarika, musique pour laquelle ils semblent être nés.

Image de prévisualisation YouTube

Et puis les retrouvailles exquises avec ce couple que j’adore, en danse sur glace, Pernelle Caron et Mathieu Jost que j’avais quittés très bons artistiquement parlant mais un peu faible niveau technique et je les ai retrouvés avec plaisir souriants, dynamiques et beaucoup plus forts techniquement, et si je ne voulais pas éviter de vous surcharger de vidéos je vous rajouterais bien leur programme de gala, mais il faut faire un choix et ma plus belle surprise cet après-midi vient du couple français de danse sur glace Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat dont je n’aimais pas du tout le style l’an dernier. Mais là, j’ai été littéralement soufflée par leur énergie, leur vivacité etleut technique époustoufflante. Comme quoi on est jamais à l’abri d’une bonne surprise.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Et à propos de surprise je voudrais saluer le duo Arménien Ari Zakarian et Akop Manoukian qui nous ont livré un spectacle à la fois hilarant et techniquement bluffant. Avec des accessoires délirant, un thème inédit dans le patinage (un combat de boxe) et un sens du comique très développé ils ont donné beaucoup de légéreté à ce spectacle.

De quoi mettre l’eau à la bouche pour les championnats à venir en somme.

Note : Bonnes fêtes de fin d’année à tous !

Note 2 :  J’ai fait une erreur plus haut : en fait ce n’est pas Yannick Montserot qui patinait sur « tatoue-moi » mais Yoann Deslot…

2 commentaires à “Gala de fin d’année, Courchevel 2008”


  1. 0 Vidar Odinnsson 28 déc 2008 à 19:58

    Je connais pas bien le patinage mais ta passion est communicative ;) Vivement le prochain spectacle!

  2. 1 MissC 28 déc 2008 à 23:14

    ma maman adore le patinage, mais par chez nous il n’y a pas ce type de gala alors elle se contente des diffusions télévisées…
    Joyeuses fêtes de fin d’année à toi aussi^^

Laisser un commentaire


L'observation est un talent qui se cultive comme n'importe quelle forme d'art.

En ce moment… Je lis

"Les aventuriers de la mer tome 1" Robin Hobb (la suite de l'assassin royal)

J’écoute…

je lis beaucoup donc j'écoute peu de musique

In the mood for…

... lire en mangeant des abricots

Calendrier

décembre 2008
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

L’image de la semaine

L’image de la semaine

Kirsten Dunst et Orlando Bloom

La citation de la semaine

"Ne pas monter bien haut peut-être, mais seul" Edmond Rostand

Sondage

Vous êtes arrivés sur ce blog...

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


FAMILLE BRAULT PINEAU FERRAND |
etmaemma |
Ensemble Un Oeil ouvert sur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BAB BERRED
| dylan0000
| Plug-in or not plug-in