• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 29 mai 2008

Archives pour 29 mai, 2008

Je dois être peste au fond…

… mais je ne supporte pas le chantage aux sentiments, je ne supporte pas l’intrusion de ma vie privée et je ne supporte pas non plus les petits chefs à tendance tyrannique.

Je ne supporte pas qu’on me vante les talents de quelqu’un d’autre en me faisant bien sentir que je ne suis pas à la hauteur.

Je n’apprécie pas outre mesure qu’un mec m’arrête dans la rue pour me dire que je ne suis pas son goût (jusqu’à preuve du contraire je ne lui avais rien demandé)

Je ne supporte pas qu’on me mette la pression pour faire quelque chose que je n’ai ni le temps ni le moyen de faire (parce qu’après bizarrement j’ai encore moins envie de le faire)

Je déteste ces gens qui savent que je culpabilise facilement et en profitent pour obtenir ce qu’ils veulent.

Je ne supporte pas les gens qui veulent s’occuper de ma vie amoureuse en déclarant à quelqu’un qui ne m’intéresse pas/peu/plus du tout que je ne pourrais plus jamais vivre sans lui. Ca me donne l’impression désagréable d’être une groupie et plus un être vivant.

Je n’aime pas les gens qui exigent sans retour.

Alors forcément, j’ai beau être d’une nature sociable, aimable et tendre, il m’arrive quand même de m’énerver. Et après c’est moi aussi qu’on fait passer pour la méchante. Bizarrement, je n’aime pas beaucoup plus. Du coup mon coeur et mes paroles deviennent secs. Ils me trouvent mesquine mais pour une fois ils ont bien raison. C’est vrai, parfois je suis peste, et ça doit être de ma faute…

Frustration frustration

(ou pourquoi la pratique d’une langue, ce n’est pas comme le vélo)

Une heure.

C’est le temps qu’il m’a fallut pour écrire un mail en allemand. Et la bonne nouvelle, c’est que j’en ai encore un deuxième à écrire derrière.

C’est une situation impensable. Toute ma vie durant j’ai adoré l’allemand et repoussé l’anglais. J’ai acquis sans trop de difficulté les dures (paraît-il) bases de l’allemand alors que je ne maîtrise toujours pas les temps de l’anglais. Fut un temps, je savais même me faire comprendre en allemand.

Je dirais à ma décharge que je n’ai plus vraiment l’occasion de pratiquer ni l’un ni l’autre depuis près de trois ans. Sauf… sauf une certaine passion pour une certaine série qui m’a poussée à lire des fanfictions et à regarder des épisodes entiers en anglais. Autant dire que j’ai carrément renié tous mes principes là, dans l’unique but de devenir un jour trilingue.

Et voilà que moi, qui à chaque fois que j’ai eu besoin de l’anglais pour une raison ou pour une autre (devoirs quelconques, pour discuter avec la famille de mon amie Suédoise…) je me suis retrouvée assaillie par du vocabulaire allemand, maintenant que j’essaie d’écrire en allemand, une langue que j’ai toujours adoré et dans laquelle, fut un temps, j’étais vraiment bonne, voilà que je pourrais écrire tout un mail en anglais, et sans me poser de questions qui plus est. Je bute sur le moindre petit mot de vocabulaire, même de niveau sixième, et quand je laisse mon cerveau faire, j’ai l’impression que ça va tout seul et c’est vrai… mais en anglais !

Question traumatisante, est-ce que mon cerveau n’est capable d’assimiler que deux langues maximums ? (le français prenant déjà une place plus qu’encombrante) Pourquoi ai-je autant galéré pendant des années pour parler anglais et pourquoi est-ce que maintenant je comprends même parfois (ça doit être un malentendu là aussi XD) l’accent américain ? Pourquoi est-ce que ce genre de choses ne m’arrive que quand je suis sur le point d’aller vivre à la frontière allemande ? emoticone

Ils ont réponse à tout…

On connaît tous ça, ce moment où on aurait dû avoir le dernier mot, et où la réplique sublimissime ne nous est jamais venu… Eux l’ont eu.

Dans Vous n’aurez pas le dernier mot, Jean Piat et Patrick Wajsman regroupent les réparties les plus cruelles, les plus drôles, mais surtout les plus aiguës, celles qu’on aurait tous voulu un jour ou l’autre pouvoir dire… pour avoir enfin le dernier mot, cette victoire de l’esprit !

Ils ont réponse à tout... dans Citations 22261710

Quelques extraits…

 » Au milieu d’un dîner bien arrosé, un invité se vante auprès de Marcel Aymé :
_ Moi, je me suis fait tout seul.
_ Ah, monsieur, vous déchargez Dieu d’une bien grande responsabilité !  »

« Un petit échange entre Germaine de Staël et Bonaparte… Germaine de Staël vient de juger les partis qui ont gouverné la France et Bonaparte lui fait cette réflexion :
_ Madame, je n’aime pas que les femmes se mêlent de politique.
_ Vous avez raison général ; mais dans un pays où on leur coupe la tête, il est naturel qu’elles aient envie de savoir pourquoi. »

« On demanda un jour à Chuchill ce qu’il pensait du dicton « Une pomme par jour tiens le médecin à distance » (le rend inutile en somme), il répondit :
_ C’est vrai, mais à condition de bien viser ! »

« A une admiratrice qui disait à Marcel Achard ne jamais rater une de ses pièces, il répondit :
_ Moi si, hélas, chère madame »

« La comédienne Madeleine Brohan est abordée par l’un de ses admirateurs et lui répond :
_ Vous vous trompez monsieur, je suis une honnête femme.
Mais comme il est bel homme elle ajoute :
_ Croyez que je le regrette infiniment »

« Un maréchal que la galanterie tient fort éloigné de son domicile meurt. On dit à sa veuve :
_ Le maréchal va beaucoup vous manquer…
_ Peut-être. Mais maintenant, au moins, je saurai où il passe ses nuits. »

« Deux académiciens croisent une belle femme et ont cet échange :
_ Je lui ferais bien l’amour, soupire l’un.
_ « Bien » ? rectifie son complice, tu veux sans doute dire « volontiers »… »

« Un avocat en vacances reçoit un télégramme de victoire d’un de ses clients dont il soupçonne la culpabilité « La justice a triomphé… » auquel il répond « Faites appel ! »"

« Deux politiques anglais, Gladstone et Disraeli se firent la guerre pour le poste de premier ministre. Ils eurent cet échange houleux :
_ Vous, vous finirez pendu ou miné par une maladie vénérienne ! s’exclama Gladstone
_ Cela dépendra, cher ami, de qui j’aurai épousé : vos principes ou votre maîtresse… contre-attaqua Disraeli »

Voilà j’espère de quoi vous mettre l’eau à la bouche… Mais j’avoue que ma catégorie favorite concerne les dernières paroles des condamnés à la guillotine.

« Un condamné interroge son bourreau :
_ Quel jour sommes-nous ?
_ Lundi.
_ Encore une semaine qui commence bien ! »

« Un bourreau, débutant, fait part au comte qu’il est sur le point de raccourcir de sa nervosité :
_ Tenez-vous bien, monsieur le comte, c’est la première fois que cela m’arrive !
_ Imbécile ! Crois-tu que c’est la seconde fois que cela m’arrive à moi ? »

Mais le plus beau est probablement l’histoire suivante, qui se passe sans paroles. Le duc de Charost lisait un ouvrage savant dans la charrette qui le menait à l’échafaud. Au moment où les aides bourreaux allaient se saisir de lui, il corna sa page…

Un petit livre à feuilleter pour sourire, rirer… et s’inspirer !


L'observation est un talent qui se cultive comme n'importe quelle forme d'art.

En ce moment… Je lis

"Les aventuriers de la mer tome 1" Robin Hobb (la suite de l'assassin royal)

J’écoute…

je lis beaucoup donc j'écoute peu de musique

In the mood for…

... lire en mangeant des abricots

Calendrier

mai 2008
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

L’image de la semaine

L’image de la semaine

Kirsten Dunst et Orlando Bloom

La citation de la semaine

"Ne pas monter bien haut peut-être, mais seul" Edmond Rostand

Sondage

Vous êtes arrivés sur ce blog...

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


FAMILLE BRAULT PINEAU FERRAND |
etmaemma |
Ensemble Un Oeil ouvert sur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BAB BERRED
| dylan0000
| Plug-in or not plug-in