• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 18 mars 2008

Archives pour 18 mars, 2008

Tous les parallèles que vous n’auriez peut-être jamais fait…

… entre Le journal de Bridget Jones et Orgueil et Préjugés ! (et en quoi ça ne va pas changer votre vie de savoir tout ça, mais tant pis vous le saurez quand même) 

Mon esprit inquisiteur, hautement fan du Journal de Bridget Jones, a décidé un jour de suivre Helen Fielding sur les routes de Jane Austen. Mais ce n’est qu’en lisant Orgueil et Préjugés que j’ai compris que l’auteur (contrairement à Bridget) n’a pas retenu que la chemise mouillée de Mr Darcy. On peut même remarquer d’intéressantes similitudes entre les deux romans. Voici un petit tour de celles que j’ai remarqué (après une seule lecture du livre de Jane Austen j’en ai très certainement manqué de nombreuses autres). 

Les vrais points communs :  

* Première remarque, le plus évidente de toutes, les deux héros se nomment Darcy. Parallèle dont joue énormément Helen Fielding qui ne cesse de faire comparer par Bridget les deux (pour découvrir finalement que Mark Darcy a l’avantage non négligeable d’exister, lui) 

* Ensuite, Bridget, tout comme Elizabeth Benett dans Orgueil et Préjugés, a rapidement une très mauvaise opinion de Darcy et se décide plus ou moins à le mépriser à vie. L’une comme l’autre finissent cependant par changer d’avis parce que, disons le bien, Darcy, et ce sous toutes ses formes, est irrésistible. 

* Mrs Jones, tout comme Mrs Benett, sont peu sortables et leurs filles ont finalement une plus grande complicité avec leurs pères. 

* Au début Bridget est folle de Daniel Cleaver et Elizabeth craque pour le très charismatique Wickham, qui ont tous deux des comptes à régler avec Darcy. En tous cas leurs retrouvailles sont souvent des plus froides.  * C’est Darcy qui règle les problèmes familiaux, tant pour la fugue de Mrs Jones avec Julio (et quelques millions), que pour celle de Lydia Benett avec le fameux (et un peu trop séduisant) Wickham. 

* La nana collante (Natasha, formidable avocate… etc dans Bridget Jones et la fille très riche dans Orgueil et Préjugés, prénommée Ann il me semble) qui essaie d’épouser Darcy à tout prix et est loin d’être charmante avec notre héroïne (dans le cas de l’oeuvre de Jane Austen, c’est plutôt la mère d’Ann qui se montre offensive). Dans Orgueil et Préjugés elles sont d’ailleurs deux dans ce cas. Dans les deux oeuvres, nos héroïnes se prennent une remarque sur leur façon d’être par cette nana collante. Elizabeth quand elle vient chercher sa soeur et qu’elle a parcourut la campagne couverte de boue, et dans le film sur Bridget Jones quand elle arrive habillée en Bunny à ce qui aurait due être une soirée « Catin et Pasteurs ».   Les fausses divergences :  

* Deux personnages de Orgueil et préjugés ont finalement été regroupés en un seul par Helen Fielding. Mrs Benett et sa plus jeune fille Lydia deviennent Mrs Jones. La fugue de Mrs Jones peut donc être apparentée à celle de Lydia Benett. 

* Cette similitude m’apparaît comme une évidence, même si elle ne tient finalement qu’au fait que les personnages de Cleaver et Wickham sont apparentés. Alors que Daniel Cleaver couche avec la femme de Darcy dans Bridget Jones, Wickham s’échappe avec sa petite soeur. Faits à l’origine de leur haine réciproque.

Et enfin, fait amusant, les Darcy de Jane Austen et d’Helen Fielding sont tous les deux interprétés par Colin Firth, le grand fantasme de Bridget Jones.

Voici quelques photos avec, en vrac, Helen Fielding, ses héros, Jane Austen et ses héros (avec Elizabeth Benett interprétée tour à tour par Jennifer Ehle et Keira Knightley)

(Hum pardon pour ces couleurs qui font mal aux yeux, je ne sais pas ce qui m’a pris, mais j’avais envie de couleur XD un jour si j’ai le courage je changerai ça, promis…)

Pas de droits sur l'album 29033

Le massacre de la rentrée littéraire…

 Tous les ans la rentrée littéraire nous abreuve d’un nouvel opus de sempiternels auteurs… Et là dedans qui choisir… La solution de facilité évidemment, avec Et si c’était niais de Pascal Fioretto…

Un empêcheur d’écrire en rond se met à enlever les auteurs et Pascal Fioretto nous entraîne à la recherche du coupable dans ce polar parodique où chaque chapitre est écrit dans le style d’un grand auteur contemporain, en exagérant (à peine diront les mauvaises langues) leur styles.

La facilité d’écriture de Fioretto est impressionnante, et son humour fait mouche, que l’on aime ou pas les auteurs. Même sans les avoir lu on identifie sans peine leur touche et ce livre est un bonheur de bout en bout. Idéal en période de stress, de fatigue ou de déprime, c’est tout simplement un bonheur littéraire qui a le mérite de faire rire (et la littérature dont le but avoué est de faire rire qui fait vraiment rire ça n’est pas si courant que ça) et de se moquer de la surabondance littéraire de chque rentrée…

Et si Fioretto se met à son tour à nous livrer  un nouveau livre à chaque rentrée, franchement je ne lui en voudrais pas…

Et si c'était niais

 PS : si quelqu’un sait comment écrire à côté d’une image je lui serais reconnaissant de me faire partager son savoir XD merci !


L'observation est un talent qui se cultive comme n'importe quelle forme d'art.

En ce moment… Je lis

"Les aventuriers de la mer tome 1" Robin Hobb (la suite de l'assassin royal)

J’écoute…

je lis beaucoup donc j'écoute peu de musique

In the mood for…

... lire en mangeant des abricots

Calendrier

mars 2008
L Ma Me J V S D
    avr »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

L’image de la semaine

L’image de la semaine

Kirsten Dunst et Orlando Bloom

La citation de la semaine

"Ne pas monter bien haut peut-être, mais seul" Edmond Rostand

Sondage

Vous êtes arrivés sur ce blog...

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


FAMILLE BRAULT PINEAU FERRAND |
etmaemma |
Ensemble Un Oeil ouvert sur... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BAB BERRED
| dylan0000
| Plug-in or not plug-in